La nourriture est autre des éléments qui définissent la culture d'Úbeda et Baeza et elle est marquée, sans doute, par son entourage et histoire.

À Úbeda de même qu'à Baeza, il y a beaucoup de plats d'origine romain dans lesquels des produits dérivés de la farine de blé sont utilisés De plus, d'autres cultures comme la juive ou l'arabe ont laissé aussi leurs traces dans leur gastronomie.

Comme ce sont deux villes qui ont des hivers très froids, il y a aussi bien de cocottes et plats avec un grand contenu calorique. Par ailleurs, beaucoup de plats sont cuisinés comme partie d'une festivité ou une époque de l'année déterminée. Mais ils utilisent toujours les produits typiques de la zone.

Manger à Úbeda et Baeza

En lignes générales, manger à Úbeda et Baeza n'est pas cher, surtout si vous décidez d’aller "tapear" ou "ligar" (nom populaire) parce qu'avec un paire de boissons vous pouvez manger plus ou moins bien. Néanmoins, si vous préférez prendre des plats ou un menu, ce ne sont pas très chers non plus.

Acheter de la nourriture à Úbeda et Baeza

Si par le contraire vous décidez de faire à manger, vous devez savoir qu'acheter la nourriture n'est pas chère. Vous pouvez le faire dans les supermarchés ou les magasins de comestibles de même que dans le marché que les villes d'Úbeda et Baeza possèdent avec tout type de produits frais : de la viande, du poison, des fruits et légumes secs, etc. avec des prix très accessibles. Il y a aussi des potagers où acheter des légumes, mais ce sont des services exclusifs pour les habitants de la ville.

L'huile

Le produit étoile de la zone est l'huile d'olive et son succédané, l'olive de table, qui peut être verte, noire ou de cornezuelo. Les olives se pilent et se mélangent avec des produits traditionnels de la zone comme le gros sel, le laurier, l'ail ou le thym. Pour sa conservation, on ajoute de l'eau et on les met dans une "orza" (récipient en terre cuite). On souligne aussi les produits du potager, les céréales, les légumes secs, la morue, le petit gibier, les oiseaux de basse-cour, le porc, le lapin et les vins locaux.

Dans les deux villes, on commence la journée avec une bonne tranche du pain grillé avec de l'huile, de l'ail, de la tomate et du sel. La nourriture se fera ayant compte de la température et ce serait spécial s'il y a une festivité en même temps.

Fêtes et gastronomie

– Noël. De côté des polvorones (petits gâteaux sablés) et les tourons typiques de Noël et de la galette des Rois, on fait normalement d'autres sucreries comme les borrachuelos (gâteau fait à base de pâte et du sucre).

– Semaine Sainte. Pendant cette fête, il est très commun de manger des produits typiques de la zone comme les fèves vertes crues qui s'accompagnent des ochíos (du pain d'huile avec du sel et du paprika), des torrijas (tranches du pain frit avec du lait et sucre), de la morue avec de la tomate, hornazo (pain d'huile avec un œuf cuit), galettes de "masaceite" (pain d'huile et matalahúva), etc.

– Été: Au long de cette saison, nous avons envie de prendre des produits légers et rafraîchissais comme le gazpacho (soupe froide faite avec de l'eau, du pain, de l'huile d'olive, du vinaigre, de la tomate, du piment, du concombre, de l'oignon et de l'ail), la pipirrana (salade de tomate, oignon, piment vert, concombre, origan, huile, vinaigre et sel), la sangría (vin avec de la limonade et des pêches), salade de piments rouges au four ou d'oranges avec d'huile et de la ciboulette et aussi des escargots.

– Hiver : cocotte de pois chiches avec des bettes ou de fèves avec des aubergines, ragoût de pain frit avec des lardons et chorizo, des pois chiches mélangés avec de l'huile ou morrococo, des pois chiches avec des épinards, papajotes (pain frit avec du lait et du sucre), etc.

– La Toussaint  (1er novembre). Il est traditionnel d'acheter quelques sucreries typiques comme les buñuelos de viento (gâteau qui peut avoir de la crème, crème fraîche du lait ou du chocolat, etc.), gachas dulces con picatostes de pan (faites à base du lait, farine, sucre et matalahúva -épice similaire en goût avec l'anis) et les huesos de santo (massepain farci de jaune d'œuf sucré).

– Pendant toute l'année: lomo de orza (échine froide qui est préservée dans une "orza"  avec de l'huile), pâté d'olive ou de perdrix, friands de boudin, boudin en caldera (sans les tripes), hachis de porc avec des épices (picadillo de cerdo), chorizo avec de l'huile, etc.

De même, Úbeda ainsi que Baeza ont leurs plats typiques qui sont caractéristiques de chaque lieu.

À Úbeda

– Andrajos. Ragoût de galettes de farine avec des tomates, oignons, ails et piments rouges, quelquefois avec de la morue ou du lapin.

– Trou de pain et de l'huile, avec du sel ou sucre. On enlève d'un morceau de pain la mie et on ajoute de l'huile d'olive qui peut se mélanger avec du sel ou du sucre.

– Perdiz en escabeche. On cuise les perdrix avec un mélange à base d'huile, vinaigre,  ails, oignons, laurier, poivre, thym, romarin et du sel pour faire la marinade ou escabeche.

À Baeza

– Virolos. Gâteau de pâte feuilletée.

– Bacalao a la baezana. Ragoût fait à base de morue et un mélange d'oignons et tomate, avec des piments rouges au four et de petits pois cuits. Pendant son élaboration, on ajoute du paprika et des pignons

– Cazuela con habas y garbanzos cocidos. Ragoût avec des fèves vertes et pois chiches faits dans une casserole en terre cuite.

 

Compartir en redes Sociales!